Entreprise Dugast Olivier DUGAST

Olivier Dugast, repreneur de l'entreprise de Nantes Nord
Olivier DUGASTRéseau Daniel Moquet Signe Vos AlléesSaint Herblain, 44800

«La reprise d'une entreprise me motive plus que de partir d’une page blanche, c’est dans mon caractère !»

Témoignage recueilli en Septembre 2015

Olivier, quel est votre parcours professionnel ?

Je travaillais dans le secteur de l’informatique, et plus précisément dans le financement de projets informatiques, j’étais responsable régional. J’ai toujours voulu être entrepreneur, mais je voulais atteindre le bon moment, être prêt. Selon moi, on atteint le bon moment lorsqu’on a acquis assez d’expérience pour être légitime à la tête d’une entreprise et la gérer convenablement.

Pourquoi avez-vous choisit de reprendre une entreprise, plutôt que d’en créer une ?

Je dirais que j’ai plutôt l’âme de développer, de réorganiser. Cela me motive plus que de partir d’une page blanche, c’est dans mon caractère. J’ai la sensation que c’est plus facile de créer quand on est jeune, on a moins de besoins, et on prend des risques qui n’engagent que soi.

Pouvez-vous nous dire comment se sont déroulées vos recherches pour arriver jusqu’au rachat d’une entreprise du réseau Daniel Moquet Signe Vos Allées ?

Je savais que je voulais changer de branche, je ne voulais plus être dans le secteur de l’informatique, ni des services en général. Je voulais vendre des biens. En ce qui concerne l’activité, j’étais attiré par la déco, et l’amélioration de l’habitat. Ensuite, je cherchais évidemment, des sociétés viables, avec des capacités d’évolution et qui soient sur un marché porteur.
Je pensais acheter une entreprise à un artisan qui partait à la retraite, mais ils ne représentent que 50% des ventes. Il est assez difficile de savoir ce qui est à vendre, les entreprises ne le mettent évidemment pas en avant, mais en même temps, on peut considérer que tout est à vendre, ce n’est qu’une question de prix.
Il s’est passé 16 mois entre le moment où je me suis décidé et celui où j’ai acheté. Je n’ai visité une première entreprise qu’au bout de 2 mois. Je regardais en particulier son organisation, ses valeurs, sa rentabilité. J’ai fait appel à un intermédiaire, une agence spécialisée qui met en contact des artisans vendeurs et des acheteurs. C’est lui qui m’a mis en contact avec Serge et Bruno Lemoine (les gérants de l’entreprise Daniel Moquet que j’ai achetée). Je ne connaissais ni le réseau Daniel Moquet, ni le système de la franchise. J’avais simplement l’idée que le système de franchise était intrusif pour le franchisé. En réalité, il s’avère que le contrat de franchise est très clair sur le rôle de chacun.

J’ai rencontré Serge Lemoine en mars 2015, c’est assez particulier car il faut prendre des informations sur l’entreprise et en même temps se vendre, car il y a potentiellement plusieurs repreneurs. L’entreprise m’a vraiment intéressé.
Mi-avril, nous avons donc signé une lettre d’intention. Avec cette lettre, le vendeur bloque la vente pendant 2 mois, ce qui m’a laissé le temps d’aller plus dans les détails, de connaitre l’activité et l’organisation de l’entreprise.
Nous sommes également venus rencontrer Daniel Moquet. C’est une étape essentielle, cela m’a permis de me conforter, et de découvrir plus en détails les valeurs de l’entreprise et le fonctionnement de la franchise. Par ailleurs, le franchiseur peut, s’il le juge nécessaire, refuser un acheteur. Lors de cette journée découverte, il y avait également d’autres prospects franchisés, cela m’a permis de me comparer à leur profil.
A l’issu de ces 2 mois, nous avons signé un protocole d’accord, ce qui est à peu près équivalent à un compromis de vente dans l’immobilier. Ce document fixe le prix et les modalités d’achat, le calendrier et la période d’accompagnement. Suite à cela, j’ai rencontré les banques pour financer le projet, réalisé un audit comptable, social et juridique, et établi un prévisionnel avec l’aide d’un cabinet comptable.
Et le 1er septembre, nous avons signé l’acte de vente de l’entreprise. Je suis accompagné pendant un mois par Serge et Bruno Lemoine pour que la transition se passe dans de bonnes conditions. J’ai gardé tous les employés (5 CDI et 2 apprentis), mon objectif est de garder ce qui fonctionne pour consolider et développer le positionnement de l’entreprise sur son secteur. Il faut également que je prenne le temps de m’habituer à la gamme de produits. La collaboration avec l’ancien dirigeant est capitale pendant la période d’accompagnement. Il faut rassurer le personnel, les clients, les fournisseurs et les partenaires, le passage de témoin doit légitimer le nouveau dirigeant. Je viens d’intégrer une promotion de repreneurs et de créateurs au sein du réseau, c’est important de lier des connaissances dès le démarrage, nous avons tous les mêmes préoccupations.

Je vais également bientôt rencontrer mes voisins lors d’une présentation produit, ce sera l’occasion de faire connaissance, c’est l’avantage d’un réseau.

Qu'est ce qu'on peut vous souhaitez pour l'avenir ?

Je me souhaite une bonne intégration dans le réseau Daniel Moquet et de réussir !